Caméra IP : comment ça marche?

Vous installez un système de vidéosurveillance pour votre maison et, ne voulant pas investir beaucoup d’argent dans l’achat de systèmes de niveau professionnel, allez-vous acheter des caméras IP à placer à différents endroits dans la maison ? Les caméras IP sont des caméras qui se connectent à l’internet et vous permettent de surveiller facilement votre maison à distance. Ils peuvent également être en mesure d’enregistrer ce qui est enregistré et de le sauvegarder sur des cartes SD, des NAS ou des disques externes. Souvent, ils disposent également d’un capteur pour détecter les mouvements suspects et d’un système de vision nocturne bref, tout ce dont vous avez besoin pour surveiller efficacement votre maison sans dépenser des sommes folles. Vous souhaitez en savoir plus ? Si vous souhaitez en savoir plus sur les caméras IP et leur fonctionnement, sachez que vous êtes au bon endroit au bon moment ! Dans les prochaines lignes, en fait, on vous dira tout ce que vous devez savoir sur les caméras IP et on vous aidera à créer un tel système. À propos, on voudra souligner que les caméras IP ne sont pas seulement utiles pour mettre en place des systèmes de vidéosurveillance complexes, mais aussi pour des scénarios un peu plus simples, comme la surveillance d’un enfant ou la réalisation d’images cachées pour prouver un comportement suspect.

Qu’est-ce qu’une caméra IP ?

Comme mentionné ci-dessus, les caméras IP sont des appareils qui peuvent se connecter à l’internet et être contrôlés à distance : elles peuvent envoyer et recevoir des données sur l’internet ou le réseau local et interagir avec des appareils tels que des ordinateurs, des smartphones et des tablettes. Cela signifie qu’une caméra IP peut transmettre des images en temps réel à des ordinateurs, des smartphones ou des tablettes connectés à distance ou à des dispositifs connectés au réseau local, tels que des enregistreurs numériques ou des enregistreurs vidéo numériques, de sorte que les environnements peuvent être contrôlés depuis pratiquement n’importe quel endroit dans le monde : c’est précisément cet aspect qui distingue les caméras IP des caméras dites CCTV : dans ce dernier cas, les images ne peuvent être visionnées qu’à partir d’un emplacement local interne à l’endroit que vous contrôlez. Les caméras IP abolissent cette limitation en s’appuyant sur l’Internet. Bien que les caméras IP n’aient connu le succès que récemment, grâce à la diffusion totale de l’internet, ces appareils sont sur le marché depuis la seconde moitié des années 90, mais ils étaient très chers et donc presque exclusivement destinés au marché des entreprises. Au fil du temps, les prix de ces caméras ont été abaissés, leurs procédures de configuration ont été simplifiées et nous sommes maintenant parvenus à un déploiement de masse. 

Caractéristiques d’une caméra IP

Après avoir fait sien le concept de caméra IP, le moment est venu de parler des caractéristiques à prendre en compte pour évaluer ce type d’appareil. Il existe des caméras IP adaptables à différentes situations et à différents besoins, grâce aux diverses caractéristiques (techniques et non) qui les distinguent. Pour vous donner quelques exemples, certaines caméras IP sont équipées de fentes microSD et peuvent enregistrer de manière autonome, d’autres ont des revêtements spéciaux qui les rendent résistantes aux agents extérieurs, d’autres encore peuvent être déplacées pour élargir l’angle de vision, etc. Afin de choisir la caméra IP qui vous convient, vous devez avoir une idée précise du type de surveillance dont vous avez besoin, et pour ce faire, il vous est suggèré d’analyser attentivement les caractéristiques.

Qualité de l’image – à ce jour, de nombreuses caméras IP sont équipées d’une résolution HD (1280 x 720 pixels) : plus la résolution est élevée, plus les images capturées par ces dernières sont nettes, mais il faut également tenir compte du facteur de vitesse du réseau. N’oubliez pas que plus la qualité de l’image est élevée, plus le poids du fichier augmente et, par conséquent, plus la vitesse nécessaire pour l’acheminer vers le périphérique de destination est élevée. Si vous voulez contrôler vos caméras IP en utilisant une connexion Internet peu rapide, je vous suggère de faire des économies et d’opter pour un modèle avec une résolution inférieure à la HD. L’optique et le nombre d’images par seconde ont également une influence sur la qualité de l’image. Il faut donc faire attention à l’ouverture focale (pour la capture d’images en basse lumière) et au nombre d’images par seconde capturées (plus ce nombre est élevé, plus les images sont nettes). Un autre facteur important en ce qui concerne la qualité est le format dans lequel les images sont capturées : en général, il est bon que la caméra IP choisie soit compatible avec le format H.264, le meilleur compromis entre le poids et la clarté des images, et qu’elle supporte les normes de compression les plus courantes telles que MPEG4 pour les vidéos, et JPEG pour les images.

Connectivité – le cœur des caméras IP est la capacité de les connecter à Internet, et cela peut se faire principalement de deux manières différentes. De nombreuses caméras IP ne sont équipées que d’un module Wi-Fi : dans ce cas, elles peuvent facilement se connecter à des réseaux sans fil mais ont besoin d’une alimentation électrique, c’est-à-dire d’une prise à proximité. D’autres caméras IP, en revanche, ne sont équipées que d’une connectivité Ethernet, elles ont donc besoin d’une connexion par câble au routeur ou au dispositif NVR pour transmettre les images. Parmi celles-ci, celles qui sont compatibles avec la technologie PoE (ou power over Ethernet) sont particulièrement intéressantes. Après avoir acheté un petit adaptateur, elles permettent d’utiliser le câble Ethernet à la fois pour la connectivité et l’alimentation électrique, ce qui élimine le problème de la nécessité d’une prise.

Enregistrement – la plupart des modèles de caméras IP vous permettent de capturer et d’enregistrer des images à l’aide de logiciels spéciaux pour PC ou d’applications pour téléphones portables, les soi-disant “programmes de vidéosurveillance” dont je vous ai parlé dans un de mes tutoriels thématiques. Certaines caméras IP, en revanche, sont capables d’effectuer des enregistrements entièrement automatiques, elles peuvent être équipées de fentes microSD pour l’acquisition directe d’images, d’une interface directe avec un espace nuage où vous pouvez télécharger les enregistrements vous-même, ou les deux. Toutefois, pour des scénarios plus complexes ou pour enregistrer simultanément à partir de plusieurs caméras IP, vous pouvez vous appuyer sur des appareils DVR (enregistreur vidéo numérique), NVR (enregistreur vidéo sur réseau), ou profiter d’un NAS, qui offre généralement la possibilité de s’interfacer avec des caméras IP.

Cadrage – les caméras IP statiques sont certainement les plus courantes et les plus économiques, offrant une image fixe et un champ d’action limité à ce que l’objectif peut cadrer depuis sa position, mais elles ne sont pas les seules sur le marché : il existe aussi des caméras IP capables de se déplacer ou d’avoir des angles de vue plus larges. Les caméras IP robotisées peuvent littéralement se déplacer à distance, les caméras PTZ (pan-tilt-zoom) sont capables d’effectuer de petits mouvements horizontaux et verticaux, tandis que les caméras Fisheye sont équipées d’un objectif qui peut offrir une vue à 360 degrés de leur position.

Audio – les caméras IP les moins chères sont souvent incapables de capturer ou de transmettre l’audio. Toutefois, il existe des modèles sur le marché qui peuvent offrir un son unidirectionnel, c’est-à-dire une acquisition audio par un microphone, ou un son bidirectionnel qui, en outre, vous permet également de communiquer par des haut-parleurs le son transmis par un microphone sur un autre appareil.

Les capteurs – un autre aspect très important à prendre en compte. De nombreuses caméras IP sont équipées de détecteurs de mouvement qui, s’ils sont configurés, peuvent envoyer un courriel à l’utilisateur si un mouvement est détecté à portée. Un autre capteur qui peut être présent à bord d’une caméra IP est le capteur infrarouge passif, ou PIR, capable d’acquérir des images et/ou de détecter des mouvements même lorsque la zone surveillée est dans l’obscurité.

Environnement d’utilisation – il existe une réelle différence entre les caméras IP d’intérieur et d’extérieur : ces dernières doivent pouvoir résister aux intempéries (pluie, neige, soleil, changements de température) car elles sont conçues pour fonctionner à l’extérieur, et sont construites avec des matériaux plus résistants que les caméras IP d’intérieur, qui sont plus “délicates” car conçues pour fonctionner à l’intérieur.

En bref, les caractéristiques à prendre en compte sont nombreuses : comme vous l’avez peut-être deviné, le choix n’est pas difficile, surtout si vous avez déjà une idée – même vague – de la manière de structurer votre système de vidéosurveillance.

Comment fonctionne une caméra IP ?

Maintenant que vous avez bien compris les caractéristiques techniques qui distinguent une caméra IP, il est temps de vous concentrer et de mieux comprendre leur fonctionnement. En règle générale, immédiatement après avoir acheté, placé et branché au secteur une ou plusieurs caméras IP, vous devez procéder à la configuration en suivant attentivement les instructions figurant sur le CD/DVD inclus dans l’emballage, ou dans l’aide en ligne de l’appareil lui-même. Certaines caméras peuvent enregistrer des images de manière autonome et les sauvegarder sur la microSD ou les envoyer sur le nuage : toujours à partir du programme de configuration, vous aurez la possibilité de définir les durées d’enregistrement ou l’enregistrement continu, l’espace maximum qu’un seul enregistrement peut occuper, la période de temps après laquelle il faut supprimer les anciens enregistrements ou, encore, la fréquence avec laquelle ceux-ci doivent être téléchargés sur le nuage. Une fois la configuration terminée, vous pouvez vous tourner vers un programme de vidéosurveillance spécifique à la fois pour consulter les enregistrements et pour voir les émissions en temps réel. Si, en revanche, vous avez opté pour une configuration plus complexe, qui comprend par exemple plusieurs caméras IP réunies, vous devrez vous appuyer sur un dispositif externe, appelé NVR, ou Network Video Recorder : cela vous permet de connecter plusieurs caméras IP en même temps, soit via un câble Ethernet (et donc une connexion physique), soit via Internet (en configurant l’adresse IP de chaque caméra individuellement). L’avantage d’un tel dispositif est qu’il peut enregistrer et afficher le signal de plusieurs caméras en même temps, les gérer et les configurer à partir d’un seul endroit et, qui plus est, il peut les atteindre à partir d’une seule adresse IP, celle du dispositif NVR lui-même. Pour ce type de configuration, les interventions nécessaires sont au nombre de deux : la première consiste à établir la connexion entre les différentes caméras et le dispositif NVR, la seconde à configurer le NVR pour un accès à partir d’Internet et/ou du réseau local. Cela se fait, normalement, en attribuant une adresse IP statique au NVR, en ouvrant ses ports dans le routeur et, enfin, en configurant un service de conversion automatique du DNS en No-IP (dont je vous ai parlé plus particulièrement dans mon tutoriel sur la configuration du bureau à distance) : de cette manière, le NVR est toujours disponible également par Internet et peut être consulté, ainsi que configuré, à distance. Certaines NAS offrent également une fonctionnalité NVR.

Comment utiliser une caméra IP sur le réseau Internet ?

Les caméras IP dernières générations offrent une plus grande facilité d’utilisation.
Il existe deux façons de connecter votre ou vos caméras IP sur le net, celles-ci varient en fonction du nombre de camera que vous voulez connecter et du degré d’encombrement. La première méthode est réservée aux détenteurs d’une seule caméra IP et d’une ligne ADSL libre d’utilisation. Elle consiste à brancher la caméra IP sur un modem Ethernet qui sera, lui-même, raccordé à la ligne ADSL. Ainsi le transfert des images se fera sans intermédiaire, et vous pourrez visionner les vidéos depuis n’importe quel poste dans le monde. L’inconvénient de cette configuration est qu’elle nécessite une ligne ADSL spécialement prévue à cet effet. Vous ne pourrez, donc, faire aucune autre activité sur cette ligne ADSL en gardant la caméra IP connectée. La deuxième méthode est réservée aux détenteurs de plusieurs caméras IP et d’une ligne ADSL. Elle consiste à brancher les cameras IP sur un routeur, qui sera connecté au modem Ethernet. Le routeur aura comme fonction de séparer les signaux des caméras IP pour qu’ils puissent tous être transférés sur une seule ligne ADSL. De ce fait chaque caméra IP à sa propre adresse IP et peut être visionné indépendamment des autres.

Cette méthode à de nombreux avantages :

  • Elle va tout d’abord permettre de transférer les images de toutes les caméras IP sur une seule ligne ADSL. De ce fait, vous pourrez visionner la caméra que vous désirez où que vous soyez dans le monde.
  • L’autre avantage est que votre ligne ADSL ne sera pas uniquement réservée à vos caméras IP. Vous pourrez l’utiliser pour surfer sur le net par exemple. Cette configuration peut être une alternative pour les personnes qui aimeraient utiliser leurs lignes ADSL et brancher une caméra IP dessus en même temps.
  • Enfin, pour les routeurs adaptés, vous pourrez connecter vos caméras IP sur un réseau local et sur le Net. Pour se faire, il vous faudra utiliser des routeurs ayant la fonction switch.

Choisir sa caméra selon le type de lieu à sécuriser

Pour bien choisir son système de video surveillance, l’on se posera donc d’abord la question de son lieu d’installation. Dans le cadre d’une surveillance intérieure, la caméra filaire (ou caméra IP) est préférable pour obtenir une qualité de transmission optimale et pour limiter les émissions radio en intérieur. L’on pourra aussi privilégier ce type d’installation en extérieur quand le fil qui relie la caméra à la centrale de surveillance est facile à protéger. Dans tous les autres cas, mieux vaut utiliser une caméra de surveillance sans fil, qui aura l’avantage de pouvoir être installée partout sans nécessité de connexion physique avec la centrale. Les caméras IP ou Wi-Fi, bien utilisées, contribuent efficacement à l’amélioration de la sécurité des lieux qu’elles protègent et à limiter les risques de cambriolages. Si vous avez décidé de vous équiper de ces matériels, n’hésitez pas à contacter une société experte dans la vente et l’installation d’une caméra connectée pour obtenir conseils techniques et devis.

Quelle caméra IP acheter ?

Si vous avez atteint cette partie de mon guide, cela signifie que vous avez acquis toutes les connaissances nécessaires pour faire le grand pas et acheter une ou plusieurs caméras IP, afin de pouvoir créer de vos propres mains un système de vidéosurveillance efficace. Comme vous l’avez appris, il existe de nombreuses caméras IP, chacune adaptée à un scénario différent : mettez toutes les caractéristiques dont vous avez besoin sur papier, soupirez longuement et préparez-vous à payer un peu d’argent. Ne vous inquiétez pas, il existe aussi des caméras IP très bon marché et utiles pour surveiller simplement un endroit donné de la maison, par exemple le berceau de votre bébé.