Guide d’achat : comment choisir un routeur WiFi ?

Pour mieux gérer votre réseau local et surfer sur Internet, vous devez acheter un bon routeur WiFi. Il ne pleut pas là-dessus, mais comment choisir un bon routeur WiFi ? Quels sont les paramètres techniques à prendre en compte ? Si vous voulez, on va vous l’expliquer, mais on voudrait d’abord clarifier les différences entre modem, routeur, modem routeur et range extender : quatre appareils qui, en raison de leur apparence presque identique, sont souvent confondus, ce qui conduit les utilisateurs moins expérimentés à faire de mauvais achats. Une fois que vous aurez clarifié ces importantes différences, vous pourrez parler des caractéristiques auxquelles vous devrez prêter davantage attention lorsque vous achèterez un routeur sans fil.

Comment choisir un routeur WiFi ?

De nombreuses caractéristiques doivent être prises en considération lors de l’achat d’un routeur WiFi, certaines extrêmement faciles à comprendre et d’autres un peu plus “techniques” qui nécessitent une certaine étude de votre part, vous les utilisateurs. Les voici tous en détail.

Classes Wi-Fi, taux de transfert de données et bandes de fréquences

Les premières caractéristiques à prendre en compte sont les classes Wi-Fi et les bandes de fréquences prises en charge par le routeur. Il existe différentes classes de Wi-Fi et chacune d’entre elles supporte une vitesse de transfert différente : la classe b permet un transfert de données jusqu’à 11 Mbps ; la classe g atteint jusqu’à 54 Mbps ; la classe n atteint jusqu’à 450 Mbps, tandis que la classe appelée AC sans fil atteint jusqu’à 1,3Gbps (soit 1331 Mbps). Si votre connexion Internet dépasse 11 Mbps (par exemple 20 Mbps), assurez-vous que vous n’utilisez pas un très vieux routeur qui ne prend en charge que la classe b. Quant aux bandes de fréquences, si vous voulez les exploiter toutes et si vous voulez éviter les interférences. Les routeurs bi-bandes, en plus de supporter la bande radio classique de 2,4 GHz, peuvent transmettre le signal sur la bande de fréquence de 5 GHz. La bande de 5 GHz évite les problèmes d’interférence qui peuvent être rencontrés sur les canaux radio de 2,4 GHz, aujourd’hui encombrés de dispositifs sans fil de toutes sortes, et assure donc des performances généralement meilleures. Il y a toutefois quelques “inconvénients” à prendre en compte : la portée des réseaux à 5 GHz est plus petite que celle des réseaux à 2,4 GHz et pour les utiliser, il faut des ordinateurs et des appareils compatibles avec cette technologie (tous les ordinateurs, smartphones et autres appareils ne sont pas compatibles avec les réseaux à 5 GHz). Il convient également de noter que pour profiter de la vitesse de la norme AC sans fil, vous devez fonctionner sur la bande de 5 GHz. Les routeurs les plus avancés prenant en charge les réseaux 5 GHz sont également dotés de la technologie Beamforming, qui améliore les performances à longue portée des réseaux 5 GHz en acheminant précisément le signal vers les appareils qui en ont besoin. Certains routeurs haut de gamme sont même appelés tri-bandes car ils peuvent utiliser la bande de 2,4 GHz et deux bandes de 5 GHz en même temps pour assurer un transfert de données plus rapide. Une autre “abréviation” que l’on peut trouver sur les routeurs haut de gamme, mais aussi sur certains routeurs de milieu de gamme, est MU-MIMO. Les routeurs qui prennent en charge la technologie MU-MIMO (abréviation de Multiple User, Multiple Input, Multiple Output) sont capables de traiter les demandes de plusieurs appareils simultanément sans compromettre la vitesse de transfert des données sur aucun d’entre eux. Ils assurent donc une plus grande efficacité dans le transfert de données par rapport aux routeurs dits traditionnels, qui ne peuvent communiquer qu’avec un seul appareil à la fois (en ce sens qu’ils transmettent les données à un client, attendent sa réponse puis passent à d’autres clients en suivant le même schéma). Afin d’exploiter le potentiel de MU-MIMO, il est nécessaire d’utiliser des appareils qui sont spécifiquement compatibles avec cette technologie et la norme sans fil AC.

Protocole de connexion

En ce qui concerne la vitesse maximale prise en charge, il faut également évaluer le protocole de connexion fourni par l’opérateur téléphonique, qui peut être ADSL2 (jusqu’à 12M) ou ADSL 2 (jusqu’à 24M). Achetez un routeur qui prend en charge le protocole utilisé par votre connexion. Les modems/routeurs les plus avancés prennent également en charge la technologie VDSL/VDSL2, qui permet une vitesse de navigation allant jusqu’à 300 méga. De nombreux fournisseurs l’appellent “fibre”, mais techniquement, il ne s’agit pas d’une pure fibre optique. Il assure la connexion entre le cabinet de rue et l’unité de contrôle de la fibre optique, mais dans les maisons, la connexion se fait par la paire de cuivre classique (appelée Fibre au Cabinet). Il est également important de souligner que les profils VDSL peuvent être multiples, et que tous les routeurs ne sont pas en mesure de les “tenir” tous : si la grande majorité des routeurs du marché “digèrent” le profil 17a, qui vous permet de surfer jusqu’à 100 Méga, tous ne sont pas en mesure de supporter le profil 35b, qui vous permet au contraire de surfer jusqu’à 250 Mbit/s en téléchargement (si vous êtes à moins de 250 m du cabinet de rue). 

Portes et connexions

Parlons maintenant des ports disponibles sur les routeurs. Comme mentionné précédemment, les routeurs et les modems-routeurs ont des ports qui permettent la connexion de divers appareils. Ces ports peuvent être de différents types. Outre les entrées classiques pour la connexion de périphériques via Ethernet, de nombreux routeurs disposent de ports USB pour connecter à l’internet des périphériques qui ne disposent pas de support sans fil (comme certains modèles d’imprimantes ou de disques durs externes) et, caractéristique très importante de nos jours, de ports EWAN commutables pour la mise en cascade vers d’autres modems câble, VDSL ou fibre. Si vous devez acheter un routeur pour le coupler au modem à fibre optique fourni par votre fournisseur d’accès à Internet, assurez-vous qu’il dispose d’un port pour la connexion des modems à fibre optique. Il est également important de noter que, dans certains cas, les ports USB peuvent également être utilisés pour partager la connexion mobile des clés 3G/4G via le routeur. Lorsque le routeur dispose de la fonction de connexion de secours, la connexion 3G/4G peut automatiquement commencer à fonctionner lorsque la connexion ADSL ou Fibre n’est pas disponible. En ce qui concerne les ports Ethernet, vous devez savoir qu’ils peuvent être de type Gigabit s’ils fournissent un taux de transfert de données de 1000 mégabits par seconde ou de type Fast Ethernet s’ils fournissent un taux de transfert de données allant jusqu’à 100 mégabits par seconde. Il s’agit des taux de transfert de données au sein du réseau local, ces paramètres n’affectent en rien la vitesse de navigation sur Internet (un routeur avec des ports Gigabit Ethernet ne permet pas de télécharger des fichiers depuis Internet plus rapidement qu’un routeur avec des ports Fast Ethernet). Les routeurs les plus avancés prennent également en charge le réseau téléphonique fixe et la VoIP. Ils offrent donc des ports pour connecter les téléphones traditionnels et les téléphones VoIP au réseau et permettent de les gérer via un panneau de contrôle spécial (dans le panneau de gestion du routeur).

Chipset, RAM, CPU et antenne

D’autres caractéristiques à prendre absolument en considération sont celles liées aux composants, internes et externes, du routeur. Les composants tels que le chipset, la RAM, le CPU et les antennes du routeur peuvent affecter considérablement les performances de l’appareil. Le chipset, par exemple, peut jouer un rôle dans la stabilité de la connexion. Il existe certains modèles de routeurs, presque tous équipés de puces Broadcom, qui permettent d’ajuster un paramètre appelé marge SNR grâce auquel vous pouvez atténuer l’instabilité du réseau et augmenter les performances de la connexion lorsque vous êtes loin de la centrale. Le processeur et la mémoire vive, en revanche, jouent un rôle fondamental dans la gestion du trafic : plus ils sont puissants, plus l’appareil se comporte bien dans les situations “stressantes”, en tout cas ce sont des caractéristiques que seuls ceux qui ont des besoins particulièrement avancés doivent examiner. Il faut donc tenir compte du nombre, de la position (interne ou externe) et de la puissance des antennes dont le routeur est équipé (qui est exprimée en dBi). Il est clair que plus les antennes sont puissantes, plus la portée du réseau Wi-Fi est grande.

Routeur avec support Mesh

Si vous avez une très grande maison (ou un bureau) et que vous devez étendre le réseau WiFi à tous les coins de celle-ci, vous pouvez acheter un routeur qui prend en charge la technologie de réseau maillé. Le réseau maillé est une technologie qui permet d’avoir un réseau unique, avec le même nom, la même clé d’accès et sans déconnexion ni perte de vitesse, en utilisant un routeur (à connecter au modem ADSL ou Fibre) et un ou plusieurs satellites qui partagent la connexion dans tous les coins de la maison. Les réseaux maillés diffèrent des réseaux traditionnels formés, par exemple, par un routeur et une série de répéteurs séparés, car il n’existe aucun ordre hiérarchique entre les différents nœuds du réseau : chaque nœud, donc chaque routeur/satellite qui compose le réseau, communique avec les autres, souvent en utilisant un canal radio dédié, ce qui étend la couverture du réseau WiFi et crée un seul grand réseau disponible dans toute la maison. Le nombre de satellites peut être augmenté librement et il n’y a aucune perte de performance dans la connexion, notamment parce que tous les nœuds envoient et reçoivent des données à la même vitesse.

Fonctions du routeur

En plus des caractéristiques matérielles dont on a parlé jusqu’à présent, avant d’acheter un routeur, vous devez également évaluer ses fonctionnalités logicielles. Par exemple, vous devez vérifier si l’appareil offre des fonctions de contrôle parental pour interdire l’accès à certains sites web et/ou restreindre l’accès à l’internet à certaines heures de la journée ; s’il est possible de créer un réseau hôte pour partager la connexion internet avec d’autres personnes ; si vous pouvez ajuster le pourcentage de trafic à réserver pour les différents appareils connectés au réseau, etc. Une autre caractéristique qui mérite d’être prise en considération est le support WPS : une technologie qui permet au modem de communiquer avec d’autres appareils sans fil (par exemple, des imprimantes, des répéteurs, etc.) en appuyant sur un bouton. Elle n’est pas toujours recommandée pour des raisons de sécurité (dans le passé, cette technologie a été sujette à de nombreuses failles de sécurité) mais elle peut être utile. Enfin, il est bon de savoir à quel point il est facile d’utiliser les routeurs : s’il y a beaucoup de fonctions mais qu’elles sont toutes difficiles à utiliser, il est inutile de les avoir. Si vous n’êtes pas un expert en la matière et que vous ne souhaitez pas approfondir le sujet, il vaut mieux acheter un routeur avec quelques fonctions en moins mais qui est plus facile à configurer.

Routeurs portables et support 3G/4G

Il existe également des routeurs qui prennent en charge les cartes SIM de données et/ou les clés Internet, ce qui vous permet de surfer en 3G/4G. Ils sont très utiles dans les situations où la connexion ADSL n’est pas disponible en raison d’une panne et où vous ne voulez pas être complètement déconnecté du réseau. Il existe également des modems routeurs domestiques qui ne prennent en charge que les réseaux 3G et 4G et qui vous permettent donc de surfer rapidement sur l’internet (à condition de souscrire à un plan de données adapté) en contournant les limites du réseau ADSL traditionnel. Les routeurs portables méritent une mention à part : ce sont des appareils compacts, souvent alimentés par batterie, qui permettent de se connecter aux réseaux 3G et 4G sur plusieurs appareils simultanément.